LAN Argentina tangue vers le satisfaisant.

Review of mitchbacano about the flight LAN Argentina LAN 4541 between Sao Paulo Guarulhos and Buenos Aires Pistarini on 05/04/2016 in Economy
mitchbacano 4M / DSM GRU / EZE
Note: This review is about an experience that happened more than 3 years ago.

This review was originally written in French. Translate into English

Les compagnies argentines ont la réputation de flirter avec les retards. Cette fois-ci ne fut pas différente, alors que je prends un vol de la filière argentine de LAN (sous le code 4M), ancienne Aero 2000 (nom d’avant le rachat par la LAN), entre São Paulo et Buenos Aires.

Depuis l’annonce de la création de LATAM en 2015, c’est assez confus qui fait quoi, sur quel site aller, etc… Pour ce petit voyage à Buenos Aires, l’aller était opéré par LAN Argentina vers EZE (Ezeiza International Airport), le retour depuis l’Aeroparque Jorge Newbery effectué par la TAM, et le tout payé à la LAN, alors que j’étais sur le site de la TAM pour l’achat… Le tout avec des différences de règles par rapport au poids des bagages à main, etc…

Donc pour mon enregistrement en ligne, j’ai été sur le site de la LAN et tout c’est passé tranquillement. J’ai pu y choisir mon siège (certains choix sont payants) et j’ai eu ma carte d’embarquement directement sur l’application « Wallet » de mon portable (alors que pour le retour avec la TAM ce n’était pas possible). Vivement que LATAM facilite tout ça !

Tout le monde adore dire que le trafic est horrible à São Paulo et que aller à Guarulhos prend plus d’une heure. Donc mes amis me conseillant tous d’arriver à l’aéroport au moins 3h à l’avance pour un vol international (même intra-Mercosur), me voilà partant de chez moi à 7h du matin pour un vol marqué à 11h05. Bien sur le trafic n’est pas si horrible que ça (surtout quand on connaît l’Asie, genre à Delhi ou Bangkok), et j’arrive à 7h45 au terminal 3.

Le nouveau terminal international de l’aéroport de Guarulhos est vraiment sympa, et donc je me ballade un peu avant de me diriger vers le contrôle de sécurité. Le portique n’arrivant pas à lire ma carte d’embarquement, on me recommande d’aller au comptoir de la LAN. Heureusement il n’y a pas beaucoup de monde, et en 10 min je me retrouve avec une carte imprimée, qui ne n’est pas non plus reconnue par le portique. Un agent sur place tape le numéro de billet sur son ordi et me laisse finalement passer. Tant le contrôle sécu que celui des passeports est fait rapidement et professionnellement. Je pensais le duty free plus fourni, donc j’y passe sans rien dépenser, mais je me pose dans un des nombreux cafés et restaurants du terminal.

Aucune information vocale ou visuelle sur l’état de notre vol n’est donnée jusqu'à ce que l’heure initiale d’embarquement soit dépassée et que je note que notre avion n’est pas toujours arrivé de Buenos Aires. Il arrive finalement vers 11h, le débarquement des autres passagers prend son temps et on peut voir l’équipe de nettoyage se diriger vers l’avion à une vitesse d’escargot ou alors de tortue… L’embarquement se fait sans aucune explication sur le retard, en deux files, pour les passagers à l’avant ou l’arrière de la cabine. On respecte les priorités, puis on fait poirauter tout les passagers situés dans les sièges avant pour faire passer tout ceux de derrière. Après 15min, en rentrant dans l’avion, je remarque que beaucoup n’ont pas joué le jeu, et que plusieurs sièges avant sont occupés.

Notre oiseau du jour est un A320 de 14 ans avec une cabine bi-classe, bleue et assez propre, même s’il reste des papiers dans la serviette de mon siège. Celui-ci est assez confortable, avec repose-tête modulable, et présente un pitch acceptable (pour 1m83). Comme diversion, on a des écrans collectifs où passe les démonstrations de sécurité et plusieurs vieux clips de gag et autres trucs genre Mr Bean. Pour sortir de cette ambiance année 90, on nous prévient que l’on peut se connecter au WIFI gratos avec l’application LAN&TAM ou en accédant via le browser internet. J’essaye, je me connecte au wifi, mais je n’ai pas réussi à ouvrir la page internet, malgré plusieurs tentatives. Je me retire donc sur le magazine IN, en espagnol et anglais, qui est assez intéressant (avec des articles sur l’art, la musique, évènements en Amérique du Sud, etc.). On me parle du WIFI dans le magazine et ça à l’air pas mal ce qu’ils proposent comme films et autres…

A moitié chemin, on a droit à un passage « coffee break », avec le choix entre un « croissant mixte » (un truc ressemblant à sandwich jambon fromage plutôt) ou un muffin. Je prends le « croissant », ainsi qu’un café et de l’eau au lieu d’un jus, car je me rappelais plus comment dire le jus que je voulais en espagnol. Le petit bonbon au chocolat et cacahouète, qui vient avec le tout, est délicieux. Le reste du vol est ok, dans une cabine à la température un peu fraiche (pour quelqu’un en t-shirt), et les hôtesses font leur boulot tranquillement et à défaut de le faire gentiment.

Graduellement on laisse le ciel soleilleux du Brésil pour les nuages uruguayens et donc pas de chance quand on arrive sur l’immense Rio de la Plata, on ne peut pas voir la ville… L’atterrissage est normal, mais on arrive » à quai » avec 30 min de retard. On sort dans la passerelle marquée « Aerolineas Argentinas » et on se retrouve sans trop de problème à la sortie du terminal où je cherche un service de mini-bus que l’on m’a recommandé pour le centre-ville (je veux éviter Tienda Leon, et ses prix effarouchant). Même s’il est situé bien plus loin que l’Aeroparque, EZE est très bien desservi par une autoroute qui me permet d’arriver en plein Montserrat en 40min.

LAN Argentina n’est donc arrivée pas trop en retard, ils proposent une collation assez minime pour un vol à l’heure du déjeuner, mais offrent le wifi gratuitement, même si ça n’a pas marché pour moi. Par rapport à TAM, c’est pareil (à part pour les retards). N’ayant jamais pris Aerolineas Argentinas ou Gol sur ce secteur, je ne peux pas comparé mais je dirais, en lisant les commentaires sur WTF, que finalement le service LAN est un peu mieux. A prix égal (qui fut assez haut pour ce vol – autour de 250 euros l’aller-retour) je ne ferais pas plus d’effort pour choisir LAN qu’une autre compagnie.

General
Overall rating
3 / 5
Value (price + quality)
3 / 5
On the ground
Check-in and boarding
3 / 5
On board
Comfort
3 / 5
Costumer service
3 / 5
Your opinion of security
5 / 5
Food
3 / 5
Share!
Was this review helpful?
2
0
By mitchbacano, about LAN Argentina,
Posted online by Nicolas, on 25 April 2016
This review has been read 23 times
Flag this review
This review is also available in French.

Are you a representative of LAN Argentina and would like to reply to this review or be notified by email when reviews are published about your airline company? Please contact us!

  • Terminal 3 de l'Aéroport São Paulo - Guarulhos
  • Notre A320 arrive finalement
  • Debarquement
  • LAN, TAM
  • Embarquement par file
  • Le pitch correct
  • Magazine In
  • Survolant São Paulo
  • Cabine
  • Flight pictures #10
  • Le réseau international
  • Les lignes nationales et la flotte LAN.
  • WIFI gratuit!
  • Le "croissant"...
  • Arrivée sur Buenos Aires
  • Un avion Austral
  • Avenida 9 de Julio

Add a comment

Read LAN Argentina reviews